Welcome to       Amrit-syria.com
 
Save Amrit              ÃäÞÐæÇ ÚãÑíÊ              Sauvez Amrit          ÃäÞÐæÇ ÚãÑíÊ               Save Amrit                ÃäÞÐæÇ ÚãÑíÊ              Sauvez Amrit          ÃäÞÐæÇ ÚãÑíÊ               Save Amrit                ÃäÞÐæÇ ÚãÑíÊ              Sauvez Amrit          ÃäÞÐæÇ ÚãÑíÊ              Save Amrit                ÃäÞÐæÇ ÚãÑíÊ              Sauvez Amrit          ÃäÞÐæÇ ÚãÑíÊ

 

Amrit
 
La Cimetière de "AZAR ”
 
Les Volontaires
 
Que disent les journeaux
 
Amrit sur le web
 
Album des photos
 

comment aider?

 
Amrit aux yeux du "tourisme"
 
Activités
 
Le toursime culturel
 
Downloads
 
 

LA CIMETIERE DE "AZAR"

 Elle est située dans la pleine entre la ville de Tartous et la colonie de "AMRIT ", à 5 km direction sud longeant la route de Tripoli, Sous les dunes et à 2 km d'Amrit direction nord et à un demi km de la côte. Elle remonte à l'époque phénicienne et Grecque. Là, se trouve les tombeaux du peuple d' " ARWAD " et d' " AMRIT ". Cette cimetière a été utilisé jusqu'à l'époque grecque et romaine.(plan 1)
Tous ces informations acquissent sont mentionnées dans les périodiques archéologiques syriennes publiées par le ministère d'archéologie et de muséologie de Damas.
 

(plan 1)

   Nadie sabe porque esa área cubierta por dunas (3 -5m) de altura, fue llamada Azar.En algunas partes del cementerio, fueron encontrados varios objetos de barro. En el año de 1965, parte de la arena de esa área fue utilizada para la construcción del puerto de Tartous, y nadie imaginaba que bajo esas tierras se extendían las tumbas Azar, por una área aun no determinada.
Y mientras aumentaba el transporte de arena, aparecía mas vestigios de las tumbas Azar.Y teniendo como base los estudios del científico y arqueólogo Ernesto Riñan año 1862, creemos que las tumbas Azar son las tumbas de los habitantes de la isla de Arwad, porque no fue encontrado en Arwad ningún indicio de tumbas contemporáneas a las tumbas Azar.
 

 Nous ignorons d'où vient l'appellation de cette région qui est couverte par des tombelles atteignant (3 – 5) mètres de hauteur. Il existe aussi, une multitude de restes d'ustensiles en poterie. En 1965, les autorités qui s'occupaient de la construction du port de Tartous ont presque vidé le site de ses sables qui le couvrait en ignorant (soit disant) qu'il y existait une immense cimetière. Tout en continuant à le vider, de nouveaux tombeaux apparaissent à l'oeil nu.

D'après les fouilles du chercheur et archéologue ARNEST RENAN 1862, ses tombeaux remontent à l'époque du royaume d'Arwad, puisque le site se trouve face à l'île et qu'il n'y existe aucune trace de sépulture sur la dite île, de la même époque.

Apperçu sur les sépultures de AZAR :

(plan 2)

La cimetière contient trois formes de tombeaux:
1- Des tombeaux personnels aux sarcophages en pierres.
2- Des tombeaux personnels aux sarcophages en poterie.
3- Des sépultures familiales (d)
 

Les tombeaux personnels à sépulcre en pierre:
Ceux-ci sont construirent en pierre .On y a découvert une squelette complète. Mais, aujourd'hui ce site est menacé par le vandalisme et la destruction par les bulldozers qui évacuent la décharge publique.
 

plan (3,4)
 
Les tombeaux personnels à sépulcre en poterie:
On y a découvert deux tombeaux où il y avait la squelette d'un défunt enveloppé par du stuc. Cette découverte est unique dans son genre. Ailleurs, on y a découvert des semblables à Oum Houran, à Homs et à Palmyre.

Les sépulcres familiaux :
Quatre ont été découvert. Le plan (5 et 6) montre la coupe horizontale et verticale.
plan (5,6)
 
Il est composé d'un escalier sculpté dans le roc menant au lieu d'enterrement et d'un parvis carré entouré de quatre angles; dans chacun existe deux étages, dans chacun d'eux existe trois tombeaux en bois ou en plomb. Où on y a trouvé des restes d'une en bois. Le toit du sépulcre est sculpté en forme de voûte, mais détruit dans leur majorité à cause des dites bulldozers.
 
plan 7
 
L'entrée principale est construite en pierre carrée. Leurs dimensions sont de 107 X 109 cm. Le dessus de la porte prend la forme d'un demi – cercle qui est lié des deux côtés par deux interstices pour le soulever. Plan(6 et 7).
Nous avons constaté que les sarcophages en plomb remontent au cinquième siècle av. J.C. et aussi il a été découvert dans un autre site une squelette d'un défunt âgé enterré dans de ce qui reste d'un tombeau. Il y avait de même une jarre conique en poterie, son cou est assez grand et prend la forme de courbe
 
plan 8
 
 Parmi d'autres découvertes, une base d'une statue où treize lignes apparaissent inscritent en Grec ancien que M.Jean Paul Rikocket, spécialiste en langue grecque ancienne, les a étudiés et transmis en arabe par M. Adnan AL-Bouni.
Il a été noté que : " Par décret du sénat cette statue a été offerte au port des pêcheurs du pourpre habitant la ville par reconnaissance et par protection " fin de citation.
De même, il a été découvert une autre statue en marbre du Dieu Bacus, nu mais, portant à la main gauche sa robe ample pendante jusqu'aux pieds; et aussi deux grappes de raisins, l'une d'elle la tenant contre le buste. Mais, la tête est manquante. Elle se trouve actuellement au musée de Tartous.
 
 

Ilustración 9
 
Ces trouvailles parmi d'autres ont été exposées à Damas pendant le congrès d'archéologie qui s'est tenu en 1969.

Apperçu des autres trouvailles

Reliques en fer rares dans leurs genres (ustensiles en poterie à lignes courbe, ustensiles en cuivre, feuilles en or, peigne orné d'or).
Ceux-ci, ont été trouvé à côté des défunts dans leur sarcophage. Et cela, nous a donné une idée des industries qui ont remplis les musées du monde.
Ce qui attire notre attention, c'est que nos ancêtres ont consacré pas mal de temps dans la construction de leur sarcophages, tout en croyant dans la durée de leur civilisation; et que ces derniers sont juste un passage vers l'éternité.
Par contre, aujourd'hui en gardant toujours leur sang couler dans nos veines, nous voulons sauvegarder leur croyance parmi nos multiples doctrines. Et nous voulons toujours continuer à édifier notre propre civilisation tout en protégeant et en sauvegardant celle de nos ancêtre les phéniciens; tentant en même temps de penser à un avenir plus moderne.
Gardons, protégeons et sauvegardons cette civilisation et sauvons ensemble ses tombeaux; parce que si nous détruisons notre passé nous annulons notre futur!!!.

Notre curiosité nous a poussé à visiter le site de la cimetière de Azar et nous avons pris ses photos; nous vous laissons les " admirées "sans commentaires.

Notre curiosité nous a poussé à visiter le site de la cimetière de Azar et nous avons pris ses photos; nous vous laissons les " admirées "sans commentaires.
 
Tombeau entouré par la décharge publique
base d'une colonne à côtés de la décharge
une jarre phénicienne détruite par les bulldozers
 
 

lors de l'agrandissement de la décharge- vue du site où fut Installé la décharge

Partant de l'importance du site archéologique et de la cimetière d'Azar qui est à 2 km du site d'Amrit côté nord, et qui fut auparavant la cimetière du peuple d'Arwad et d'Amrit à l'époque phénicienne, hellénistique et romaine, groupant les trois différentes formes de tombeaux; nous avons; ( nous, groupe de volontaires, de jeunes intéressés et conscient de l'importance de la civilisation qui existe sur notre sol ) à étudier de près le site d'Amrit; Mais, en primauté le site de la cimetière d'Azar par urgence vu le vandalisme pratiquait et la négligence accrue du site.

 
plan d'un tombeau familial en cours de fouille
de la part d'un groupe national
 
tombeau familial à trois étages où l'entrée apparaît

A Azar même, un groupe de fouille syrienne continue ses recherches. Nous essayons, avec eux, et avec "nos modestes moyens", les soutenir malgré le manque de sécurité et de moyens.
Mais, ce qui pousse ce groupe à accomplir cette tache, c'est que nous croyons en notre patrie et au soutien de la population de la ville de Tartous.


Traduction: Zoubaida Al-Abdallah